Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Bateau du Havre en cartes postales

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Construits par les chantiers Nillus pour l’ « Administration des bateaux en fer » de M Cardet aîné vers 1850, les steamers Chamois et Castor naviguent entre Le Havre et Trouville l’été et Le-Havre Rouen, l’hiver. La société qui les affrète a, pendant les premières années, une exclusivité sur les billets combinés avec le chemin de fer.

Affiche 1853 (Collection Jean Moisy-Trouville)

Affiche 1853 (Collection Jean Moisy-Trouville)

CHAMOIS:

Construit par les chantiers Nillus en 1851 pour Mrs Cardet aîné, dont la société deviendra par la suite l’ "Administration des Bateaux en Fer".

Caractéristiques du bateau : coque en fer, 33,30 m de long, 4,40 m de large, tirant d'eau en charge de 1,65 m, 250 passagers, 2 machines M Miller de 25 chevaux

1850 à 1861: Service de transport passager du Havre à Trouville et Honfleur

A partir de 1862 : ligne du Havre à Rouen

Le Chamois: extrait d'un tableau de Charles Mozin "Collection Musée Villa Montebello, Trouville-sur-Mer".

Le Chamois: extrait d'un tableau de Charles Mozin "Collection Musée Villa Montebello, Trouville-sur-Mer".

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Il arrive que le remorqueur Titan de la Compagnie Générale Transatlantique participe a des excursions à Trouville

plus d'information sur le Titan ici

Remorqueur Titan : le plus puissant de sa génération

Remorqueur Titan : le plus puissant de sa génération

Débarquement d’excursionnistes à Trouville

Débarquement d’excursionnistes à Trouville

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Caractéristiques du steamer Le Français

Mise en service en 1836 pour « la Compagnie des bateaux à vapeur entre le Havre et Honfleur » (directeur m Vieillard) constructeur A.Normand, Deux Machines de 25 chevaux de Mrs Barns et Miller, 36,50 m de long, 6 m de large, tirant d’eau en charge : 2,20 m, 300 passagers puis 400 passagers.

Service du Havre à Honfleur

A partir de 1836, Il navigue sur la ligne Le Havre Honfleur en Association avec Le Courrier: Un steamer part d'Honfleur au commencement du flot, et du Havre au commencement du jusant, de sorte qu'il se croise avec celui venant du Havre, et que les voyageurs partant d'Honfleur peuvent, pendant une à deux heures de séjour au Havre, y terminer leurs affaires.

(Source Histoire de la ville D’Honfleur Duprey).

La Compagnie des Bateaux à vapeur entre le Havre et Honfleur appartient à Mr Vieillard. En 1836, elle a deux Navires : Le Courrier et le Français. Mr Vieillard possède aussi une partie de la Compagnie des bateaux à vapeur de la Seine pour laquelle naviguent dans la même période La Seine et La Normandie

En 1875, Le Français sera retiré du service et remplacé par L’Hirondelle

Le Français (Source http://simplonpc.co.uk/)

Le Français (Source http://simplonpc.co.uk/)

Le Français remorque la Seine

On lit dans le journal du havre "le beau steamer La Seine a été lancé ce matin à la pleine mer, du chantier de M. A. Normand L'état de la mer et du vent a favorisé complètement cette opération. Le paquebot le Français, qui revenait d'Honfleur, avec tous ses passagers au moment du lancement du steamer, a pris la remorque de la seine pour la conduire dans nos bassins. Les passagers du Français ont pu, par conséquent, jouir tout à leur aise, et sans être beaucoup retardés dans leur traversée, du spectacle intéressant de la mise à l'eau du navire que leur bateau devait remorquer."

(source :Journal de Rouen 15 avril 1836)

Le Français par Charles Morin  (source http://www.vallejogallery.com/item.php?id=148)

Le Français par Charles Morin (source http://www.vallejogallery.com/item.php?id=148)

Fortune de mer

On lit dans la Revue du Havre

Hier le bateau à vapeur le Français parti dans La matinée du Havre pour Honfleur, fut surpris dans la traversée par une brume si épaisse, qu'il ne put arriver à sa destination ; il atterra au nord d'Honfleur ou des bateaux de ce port aidèrent au débarquement des passagers ; le Français ne put revenir au Havre dans La même marée ; dans l’après-midi le Courrier fut expédié sur Honfleur, et le soir deux bateaux à vapeur étaient rentrés au port de départ.

(Journal de Rouen 10 novembre 1837)

Le Steamer Le Français à Trouville

Le Steamer Le Français à Trouville

probablement steamer Le Français - Photo format carte de visite

probablement steamer Le Français - Photo format carte de visite

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Il est cité sur ce Blog parce qu'il a fait des liaisons entre Le Havre et Cherbourg pour la Cie de Postel et Fils

Steamer Le Nord

Caractéristiques :

Construit en 1838 par les Chantier Gaspard Malo à Dunkerque, M. Borrié à Dundée (machine), et Mrs Mazeline frères au Havre (chaudière), Coque en bois, 42,25 m de long, 6,60 m de large, tirant d’eau en charge : 2,80 m, deux machines de70 chevaux, 60 passagers, 130 tonneaux. Le steamer porte un ours en figure de proue

Parcours :

11 juin 1839 débuts des traversées Dunkerque Hambourg (capitaine Coudère) en alternance avec le steamer Elbe. Pendant l’Hiver la liaison vers Hambourg est remplacée par une liaison vers le Havre

Entre 1844 et 1847, "service de transport des dépêches entre Calais et Douvres" pour la Cie de m Albrecht, port du Havre. Ce steamer emmènera Louis Philippe en visite protocolaire en Angleterre.

Christian Bordes dans son livre Calais et la mer1814-1914, parle du passage du steamer à Calais « C’est un navire assez usé par un long service sur la ligne de Dunkerque à Hambourg et sa location coute 5000 francs par mois à l’administration ».

A partir de 1847 et, au moins jusqu’à 1860, Il assure la liaison Le Havre Cherbourg pour la Compagnie des vapeurs du Havre à Cherbourg (propriétaires Mrs Postel et ses fils et Cie), basée au havre et à Cherbourg. Le permis de naviguer passe à 300 passagers. Le steamer Nord en alternance avec le Colibri continue quelques incursions à Dunkerque en 1851 à la consignation de M. Gavrois.

Sources : archives nationales Permis de navigation (1827-1868), Bulletin - Union Faulconnier tome XI

Embarquement de Louis Philippe pour l'Angleterre (source musées nationaux)

Embarquement de Louis Philippe pour l'Angleterre (source musées nationaux)

Embarquement de Louis Philippe pour l'Angleterre (source musées nationaux)

Embarquement de Louis Philippe pour l'Angleterre (source musées nationaux)

Incidents de navigation / Fortunes de mer :

En 1841 Dans sa première entrée au Havre, clans la nuit du 13 au 14 décembre 1841, le Nord, trompé par l'obscurité, aborde avec une vitesse de 10 nœuds la Tour-Vidame, brisant complètement le tambour tribord ; les baux, les énormes traverses de bois, les défenses en fer furent rompus ; l'axe de la roue fut tordu et les avaries s'élevèrent à une dizaine de mille francs.

En 1860, le Nord est abordé par le steamer Criterion

Autres Steamers portant le nom de Nord dans la même période

A partir de 1860, un bateau de 260 tonneaux, de même nom de Nord, affrété par la Compagnie Générale des Bateaux à Vapeur à Hélice du Nord affecté à une ligne Dunkerque Baltique en été et Dunkerque - Bordeaux en Hiver.

Le steamer Belge Diamant mis à l’eau en 1846 et acheté par la Cie des Paquebot Français navigue sous le nom de « Nord » entre Calais et Douvres entre 1872 et 1873

Le Nord 3eme du nom, (1897) fut mis à l'eau à Saint-Nazaire en novembre 1897 aux Ateliers et chantiers de la Loire, quelques semaines avant son jumeau PAS-DE-CALAIS. D'une portée en lourd de 1662 tonneaux, ces deux navires entamèrent leur carrière sur la ligne Calais-Douvres, entre décembre 1898 et février 1899, pour une longue suite de traversées quotidiennes du détroit au service de la Compagnie du Nord.

Réquisitionné comme le steamer Pas-De-Calais, son sister ship, pendant la première guerre mondiale, il est transformé en porte-Hydravion de 1916 à 1918.

La carrière des deux derniers paquebots français à roues de haute mer s'acheve par leur démolition en 1923 pour le Pas-De-Calais et en 1925 pour le Nord.

Le Nord de 1897

Le Nord de 1897

Autre CPA du Nord de 1897

Autre CPA du Nord de 1897

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Steamer Le CYGNE (1851-1912)

Ligne Le Havre-Caen

Construit en 1851 par les chantiers Normand pour la compagnie des paquebots à Vapeur entre Le Havre et Caen (M Pingado directeur). Bateau en fer, 42,29 m de long, 5,11 m de large, deux machines Mazeline de 40 chevaux. 400 passagers, 78 tonnes de marchandises. Il a la particularité d'avoir la cheminée positionnée devant la passerelle.

Cygne (1851) et Orne (1850) construit par le même chantier, ont la même forme de coque

Au moment de sa construction, un incendie ravage les chantiers; des ouvriers arrivent a le haler en dehors de son hangar.

En 1890 la compagnie des paquebots à Vapeur Le Havre –Caen devient Cie Anonyme des Paquebots à Vapeur entre Le Havre, Caen, Honfleur, et Les Ports de la Normandie

Puis en 1894, le Cygne est vendu à la Compagnie Rouennaise de Navigation, qui vient de prendre la succession de la Compagnie des Bateaux Omnibus de Rouen, Il est affecté a la Ligne Carteret-Gorey mais fréquente sporadiquement Le Havre, Honfleur, Trouville et Caen.

Le Cygne hiverne dans son port d’attache : Rouen.

L’hiver 1896-1897 il subit une refonte. Des cabines pour les passagers sont créées. Un accès à la passerelle est prévu pour les 1ere classe. La machine est modifiée ainsi que l’avant et l’arrière du bateau dont la longueur passe à 45 m.

En 1912, il est retiré du service et démantelé

Le Cygne dans l'avant port de Trouville

Le Cygne dans l'avant port de Trouville

Le Cygne à Trouville (source http://simplonpc.co.uk/). La cheminée est positionnée devant la passerelle

Le Cygne à Trouville (source http://simplonpc.co.uk/). La cheminée est positionnée devant la passerelle

Le Cygne en Partance pour Le Havre

Le Cygne en Partance pour Le Havre

Le Steamer Cygne : Au mat, les couleurs de sa compagnie la Compagnie Rouennaise de Navigation

Le Steamer Cygne : Au mat, les couleurs de sa compagnie la Compagnie Rouennaise de Navigation

Le Cygne est retiré du service en 1912 après 61 ans de navigation.

Pour sa deuxiéme vie dans les iles Anglo-Normande voir à http://channelislandsshipping.je/page102.html#CYGNE

Steamer Le Cygne

Ci-dessus Le Cygne à Rouen ( derrière lui, le long du quai, probablement le Steamer Eclair)

en pleine mer

en pleine mer

Le steamer Cygne a fait l'objet d'un timbre par la poste de Jersey

Le steamer Cygne a fait l'objet d'un timbre par la poste de Jersey

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Le bassin à flot (Bassin St Pierre) et le canal de Caen à la Mer reçoivent un apport en eau de plusieurs origines.

Alimentation en eau du canal de Caen à la mer

Le grand et le petit Odon cheminent de part et d’autre du Bon Sauveur

Un canal d’alimentation provenant de l’Orne (La Noé) traverse la prairie.

La Noé serpente à travers la prairie

La Noé serpente à travers la prairie

Alimentation en eau du canal de Caen à la mer

L’alimentation à partir de l'orne est possible à cause de l’existence d’un barrage qui sera déplacé en aval de la ville en 1910.

Alimentation en eau du canal de Caen à la mer

Les 3 sources d’eau se rejoignent pour traverser le centre-ville en souterrain pour revenir à l’air libre place Courtonne. La couverture des Odons date du début du 20e siècle. En 1850 l’Odon coule encore à l’air libre au pied de l’église St Pierre

Les Odon et la Noé se rejoignent avant de traverser la ville en souterrain

Les Odon et la Noé se rejoignent avant de traverser la ville en souterrain

Image extraite du mois à Caen décembre 1982 (http://www.caenlamer.fr/iso_album/asst_1932_albumphoto_200801_01.pdf)

Image extraite du mois à Caen décembre 1982 (http://www.caenlamer.fr/iso_album/asst_1932_albumphoto_200801_01.pdf)

Alimentation en eau du canal de Caen à la mer

L’abreuvoir de la place Courtonne sera à son tour couvert en 1930 au moment des travaux d’assainissement de la ville

Alimentation en eau du canal de Caen à la mer

Les travaux d'assainissement de Caen auront lieu vers 1930. Ils consisteront à séparer eaux usée et eaux de ruissellement + Cours d'eau.

Le deversoir dans la bassin Saint-Pierre est riche en poissons

Les pêcheurs sont là aussi.
Les pêcheurs sont là aussi.

Les pêcheurs sont là aussi.

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Pas de passage par le Havre : Ce ne sont pas des « Bateaux du Havre »

 

La Ligne Caen Newhaven est inaugurée le 1 février 1893.Elle remplace la ligne Honfleur-Newhaven qui existait jusque-là. Trois départs par semaine au début. Il est,ensuite,prévu un départ quotidien. Une voie de chemin de fer dessert le quai où accostent les cargos. La moitié des navires est francisé.

Les premières dessertes sont faites par le RENNES, le VIKING, le HONFLEUR.

Le RENNES construit en 1865 navigue entre 1882 et 1894 pour la London Brighton. C’est un cargo à une hélice qui possède la lumière électrique. Déjà, en 1894, il remonte le canal de Nuit à la lumière de son puissant phare. Le canal de Caen à la mer n’est éclairé qu’à partir de 1911. La navigation de nuit sur le canal, est interdite avant 1894 devient autorisée pour les bâtiments équipés de projecteur.

Publicité dans la Plage Normande de 1899 (Archives du calvados)

Publicité dans la Plage Normande de 1899 (Archives du calvados)

A partir d’octobre 1894, sur cette même ligne, la London & South Coast Railways Company  affrète Le CALVADOS, le TROUVILLE et le PRINCE ARTHUR. Ces paquebots mixtes (Passagers et marchandises) remplacent les précédents. Les 3 navires sont des Sister-ships. Ils sont lancés respectivement en 1894, 1895, 1896 des Chantiers Denny à Dumbarton (Ecosse). Le RENNES disparait de la liaison vers Caen.

Ils  ont une jauge brute de 600 tonneaux environ, mesurent presque 60 m, sont équipés de la lumière électrique. Ils sont propulsés par des hélices Jumelles. Ils transportent marchandises et passagers. Ils possèdent des cales frigorifiques qui leur permettent de transporter des denrées périssables.

La Liaison Caen-Newhaven avec arrêt à Ouistreham a lieu tous les deux jours sauf le dimanche en hiver, tous les jours pendant la belle saison.

Les passagers ont la possibilité d’embarquer à Ouistreham si les bagages ont été enregistrés et chargés à Caen. (On peut se rendre à Ouistreham par le Decauville). La traversée dure 6 heures dont 1h30 pour descendre le canal et gagner la mer.

En 1901: le CALVADOS est vendu à la General Steam Nav Co (GSN), London et navigue sous le nom d’ALOUETTE. Il est vendu à la casse en 1924 (Source)

En 1901 également, Le PRINCE ARTHUR  et le TROUVILLE sont  vendus à la South Eastern & Chatham Railway Companies. Le PRINCE ARTHUR navigue sous le nom de DEAL. (Source ) Il est désarmé en 1926. Le TROUVILLE  navigue sous le nom de WALMER. Il est désarmé en 1935.

Fortunes de mer

Le 30mars 1895 le TROUVILLE de la LB& SCR aborde le steamer ACTIF de la Cie Lamy dans l’avant-port de Ouistreham

Le Prince Arthur dans le bassin St Pierre (Carte Précurseur)

Le Prince Arthur dans le bassin St Pierre (Carte Précurseur)

Les Vapeurs de la London Brighton  and South Coast Railways Cy (LB&amp;SCR) sur la ligne Caen-NewHaven
le Trouville dans le canal

le Trouville dans le canal

No passage by Le Havre therefore, they cannot be surnamed “Bateaux du Havre”

Two of these ships bear names common to the region: Calvados and Trouville. The same names are also used by the ships of Cie Normande de Navigation.

SS Calvados, SS Trouville and SS Prince Arthur belonging to London and South Coast Railways Co are sister ships. They replace older steamers which assured in a irregular way this line.

They were respectively launched in 1894, 1895, 1896 by Denny shipyard in Dumbarton (Scotland)

They have a gross tonnage of approximately 600 tonnes, measure almost 60 m, are equipped with the electric light. They are propelled by twin screws. They transport goods and passengers.

The Connection Caen-Newhaven with stop to Ouistreham takes place every two days except Sunday in winter, every day in Summer Time.

The passengers have the possibility of embarking at Ouistreham providing luggage are registered and loaded at Caen. It was possible to join Ouistreham by using Decauville train. The Caen-Newhaven trip takes 6 hours among including 1h30 along the canal.

London and South Coast Railways Co possesses quays and stores at Vandeuvre, along the Bassin St Pierre. A location close to this one on the Quay is used by Compagnie Normande de navigation during  the construction of the new dam  on Orne River (1910-1912).

The passenger service is deleted at the middle of 1912

In 1901: SS Calvados is sold to the General Steam Nav Co (GSN), London and navigates under the name of SS Alouette. She has been broken up in 1924 (Source

Same year, SS Prince Arthur is sold to South Eastern and Chatham Railway Companies and navigates under the name of SS DEAL. (Source). She is disarmed  in 1926

Sea events:

On March 1895 SS Trouville from LB & SCR had a collision with the SS Active from Lamy Cie on the outer harbour of Ouistreham.

Some more info on Caen-Newhaven connexion at http://www.ournewhaven.org.uk/page_id__2611.aspx

Affiche de 1899 source Galica

Affiche de 1899 source Galica

La ligne Caen-Newhaven  continue avec d’autres navires sans passagers qui se nomment …CALVADOS et TROUVILLE.

 

Le CALVADOS ex PARIS, construit mi-1878 par Scott & Co à Greenock pour la London & Chatham railway Cie. C’est un cargo mixte. La   LB&SCR le rachète pour remplacer les bateaux qu’elle vient de vendre. CALVADOS ex PARIS,  navigue à partir de 1901 sur la ligne de Caen Newhaven. Le CALVADOS est revendu en 1911 et fait naufrage en 1913 avec plus de 200 passagers en mer de Marmara.

Le bateau capitaine HARTFIELD navigue sous le nom de PARIS , sur cette ligne  à partir d'octobre 1901 pour changer de nom l'année suivante 

Le Calvados ex Paris ??

Le Calvados ex Paris ??

Le Calvados dans le canal de Caen à la Mer : est-ce l'EX Paris?

Le Calvados dans le canal de Caen à la Mer : est-ce l'EX Paris?

Le Calvados dans le Bassin St Pierre

Le Calvados dans le Bassin St Pierre

Pas d'information pour le TROUVILLE sinon le nom de son Capitaine 

Arrivée du Trouville à Ouistreham : est-ce le successeur du Trouville précédent ?

Arrivée du Trouville à Ouistreham : est-ce le successeur du Trouville précédent ?

Le Trouville, vapeur anglais, entrant dans le bassin St Pierre

Le Trouville, vapeur anglais, entrant dans le bassin St Pierre

Le Trouville, vapeur anglais, le long du quai Vendeuvre..

Le Trouville, vapeur anglais, le long du quai Vendeuvre..

A partir de 1910, le Traffic passager reprend

Le NORMANDY et BRITTANY sont lancés, en Juillet 1910, des chantiers Earl’s Shipbuilding pour la LB&SCR. Ils sont affectés à la ligne  Newhaven-Caen. Le 15 juillet 1910: inauguration du service passagers entre caen et Newhaven.

Les bateaux   sont vendus à la LSWR en 2012. C’est la fin de la liaison passagers entre Caen et Newhaven.

Caractéristiques : 818 tjb, longueur 58 m, tirant d’eau de 8,9 m, machine à vapeur tripe expansion. Vitesse de 12 nœuds. Le nombre de passagers est limité à une vingtaine.

Le NORMANDY acquis par la LSWR 1912 est affecté à la liaison entre Southampton, les îles anglo-normandes et les ports français tels que Cherbourg ou Saint-Malo. Il remplace dans cette tache le GUERNSEY depuis que ce dernier a coulé le 10 avril 1915 au large de Goury. Le 25 janvier 1918, filant à plus de onze nœuds, plein sud tous feux éteints, le NORMANDY, sur le point d’arriver à Cherbourg, est Torpillé par le sous-marin U90. (Source )

 

Le BRITTANY est  renommé  ALDERSHOT en 1933 quand le nom est utilisé par un nouveau bateau de la LSWR puis, en 1936, vendu a une Cie Italienne pour porter le nom HERCULES. Il coule en 1941.

Le BRITTANY dans l'avant port de Ouistreham

Le BRITTANY dans l'avant port de Ouistreham

Le BRITTANY dans l'avant port de Ouistreham

Le BRITTANY dans l'avant port de Ouistreham

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

A l’aube du 20e siècle, la compagnie normande de navigation n’a plus de concurrents pour le transport des passagers sur les destinations de Honfleur, Caen et Trouville. Elle a même, au fur et à mesure racheté les bateaux de ses concurrents.

Un peu avant la première guerre mondiale, les cheminées noires de ses bateaux deviennent crème avec un bandeau noir. Ces couleurs dureront jusqu’à la deuxième guerre.

Le Trouville lancé en 1910 avec une belle couleur blanche, sur sa coque et ses superstructures, change lui aussi.

La Gazelle lancée en 1884 gagne également un diamètre de cheminée plus important ainsi que des manches à air.

A quai Havre.
A quai Havre.

A quai Havre.

La station des bateaux du havre à Honfleur
La station des bateaux du havre à Honfleur

La station des bateaux du havre à Honfleur

La gazelle cheminée noire à Honfleur, cheminée crême à Caen
La gazelle cheminée noire à Honfleur, cheminée crême à Caen

La gazelle cheminée noire à Honfleur, cheminée crême à Caen

Embarquement sur la gazelle à deux périodes diffèrentes
Embarquement sur la gazelle à deux périodes diffèrentes

Embarquement sur la gazelle à deux périodes diffèrentes

Le trouville à deux périodes différentes
Le trouville à deux périodes différentes

Le trouville à deux périodes différentes

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Haut

Hébergé par Overblog