Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Bateau du Havre en cartes postales

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>

En 1881 Les fils de Fischer sont à l’origine de la création de la « Cie de Cabotage à vapeur et à voile » connue dans les journaux sous le nom de Cie des fils de Fischer. Les négociants d’Honfleur sont sollicités pour devenir actionnaires de la nouvelle Société.

Le siège de la Cie est à Trouville.

Echo d'Honfleur 1881 via les Archives du calvados

Echo d'Honfleur 1881 via les Archives du calvados

- Paquebot côtier Ville-de-Honfleur

Construit en 1882 au Chantier des Neiges (ex chantiers Mazeline) , pour la « Compagnie de Cabotage à Vapeur et à Voiles ». Paquebot à hélice. 200 à 300 passagers. Il est destiné à concurrencer la Cie des Paquebots à vapeur sur les lignes Le Havre Honfleur et Le Havre- Trouville

BATEAU DU HAVRE et Cie FILS DE FISCHER
Echo d'Honfleur 1882 via les Archives du Calvados

Echo d'Honfleur 1882 via les Archives du Calvados

- Paquebot côtier Ville-du-Havre

Un Ville du Havre est annoncé par la Cie Fischer en 1884. Le Journal du Havre des 3 et 4 février 1884, annonce sa construction à Rotterdam. En attendant ce steamer, La Cie Fischer loue un luxueux paquebot côtier construit à Pool en 1876 commandé par le capitaine Gillard qu’ils appellent aussi… Ville-du-Havre

- Paquebot côtier Ville-de-Caen

Construit et mis en service en 1881, par les chantiers de la Seine à Argenteuil pour la Cie des fils de Fischer, il est destiné à concurrencer les steamers de la Cie Deschamps sur la ligne Le Havre à Caen avec arrêt à Ouistreham.

Caractéristiques : Coque en acier, navire à hélice, 80 tonneaux, transporte marchandises et passagers. Un petit salon et une passerelle permettent de prendre soin des passagers.

- Caboteur Ouistreham

Il a été fabriqué en Angleterre (Londres ?)

Il est acheté en 1884, pour assurer des liaisons entre le Havre et Honfleur puis le Havre et Trouville.

- Le voilier Marguerite-Lily :

- Le Voilier Dieu-nous-protège: sloop de 33 tonneaux construit en 1862 à Boulogne

- Le Voilier Marie-Emélie: Lougre de 34 tonneaux Construit en 1851 à Calais. Navigue entre Caen et Le Havre . Il transporte dans un sens des Briques ou du Pétrole , revient avec des pavés .

Derniers Horaires des Fils de Fischer (en dessous ceux des bateaux de la Cie Deschamps)dans L'Echo d'Honfleur 1883 via les Archives du Calvados

Derniers Horaires des Fils de Fischer (en dessous ceux des bateaux de la Cie Deschamps)dans L'Echo d'Honfleur 1883 via les Archives du Calvados

La compétition est extrêmement rude : Lutte sur les horaires en fonction de la marée, Guerre des tarifs. En 1884, la société est dissoute.

- Ville de Honfleur reste à la Cie Deschamps : c’est celui qu’on voit sur les cartes-postales .

- Ville de Caen est vendu à une société Bordelaise et coule en mars 1884 pendant son transfert à Nouméa .

- Ouistreham est cédé à une Cie Malouine, la Cie Lemoine et il coule en 1886

- Le Ville du Havre en location est rendu et le nouveau Ville-du-havre est livré à la Cie Deschamps qui semble le rebaptiser.

- Le devenir des Voiliers n’est pas connu.

Journal La Plage de Trouville 1884 via Les Archives du Calvados

Journal La Plage de Trouville 1884 via Les Archives du Calvados

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Ouistreham relie le port de Caen à la mer par le canal inauguré en 1857,

OUISTREHAM : L’AVANT-PORT
OUISTREHAM : L’AVANT-PORT

L'entrée du chenal est protégée contre les bancs de sable par une double jetée en bois; elle se termine en pleine mer par une sorte de petit mur formé de grosses pierres sans mortier, que l'on; désigne, sous le nom de Cordon, et où se trouvent, déjà vers 1900, des moules très estimées des amateurs.

OUISTREHAM : L’AVANT-PORT

L’amplitude des marées est de 7 mètres. L’accès au canal n’est possible qu’à marée haute par un sas.

OUISTREHAM : L’AVANT-PORT
OUISTREHAM : L’AVANT-PORT

Le débit d’eau du canal est inexistant. Il faut draguer pour maintenir la profondeur du canal

OUISTREHAM : L’AVANT-PORT
OUISTREHAM : L’AVANT-PORT

En 1890, l'avant port a été traversé par 325 navire a voile ( pour un total de 28 827 tonneaux) et 800 vapeurs( pour 104 072 tx) . L'orne est encore fréquentée par les 345 passages du bateau du Havre

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

BATEAUX A VAPEUR A PORT EN BESSIN

Un projet de 1859, a pour objet « la construction de cales et de murs verticaux afin que les navires qui y trouvent maintenant du Calme à l’abri des jetées puissent y faire le chargement et le déchargement des marchandises, et aussi pour permettre aux pêcheurs de hâler leurs bateaux sur le rivage, et au commerce maritime de réparer et de construire des navires. »

BATEAUX A VAPEUR A PORT EN BESSIN

Aux débuts de la carte postale, le cabotage à voile est remplacé peu à peu par des caboteurs à vapeur.

Les Caboteurs de La compagnie Normande de Navigation desservent ce port à partir du havre

BATEAUX A VAPEUR A PORT EN BESSIN

Barques de pêche et caboteurs doivent cohabiter dans un espace restreint. Vers 1900, en dehors d'un nombre important d'embarcations non pontées, 39 sloops de 16 à 40 tonneaux, ont Port en Bessin comme port d’attache .

BATEAUX A VAPEUR A PORT EN BESSIN
BATEAUX A VAPEUR A PORT EN BESSIN

Alexandre Dubosq (1856-1946), curé à Comme, a créé sa propre édition de cartes postales.

Editeur de cartes postales (logo A†D) à partir de 1893, Jusqu’en 1935, il est le témoin des grands et petits évènements de sa région.

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Plusieurs navires ont portés ce nom*. Ceux décrits ci-dessous sont les vapeurs qui ont plus ou moins relié Le havre aux ports de l’estuaire de la Seine dont le port de Caen. 

(*) Surcouf a armé pendant deux ans  le lougre ville-de-Caen, construit à St Malo en 1812, pour aller faire la course en mer.

Steamer Ville-de-Caen :

Paquebot cotier construit en 1881,par les chantiers de la Seine à Argenteuil  pour la Cie des fils de Fischer, il est destiné à concurrencer les  steamers de la Cie Deschamps sur la ligne Le Havre à Caen avec arrêt à Ouistreham.

Caractéristiques : coque en acier, navire à hélice, 80 tonneaux, transporte marchandise et passagers. Un petit salon et une passerelle permettent de prendre soin des passagers.

Fortunes diverses

1881 : Abordage a la sortie du Havre, avec le transatlantique Anglais Paraense venant de Liverpool. Le Paraense était  à la remorque du Jean-Bart.  Le Ville-de-Caen coule dans la darse. La voie d’eau est bouchée et le steamer réparé 6 semaines plus tard..

La Cie des fils de Fischer ne resiste pas à la défense acharnée de la Cie Deschamps et baisse pavillon au bout de deux années malgrè ses défenseurs farouches .

Le Ville-de Caen est vendu par les fils de Fischer à une Cie Bordelaise qui le destine a un traffic marchandise-passagers autour de Nouméa.  Hélas le Bateau fait naufrage au fond de la mer rouge en mars 1884. L’équipage est sauf.   

Caboteur Ville-de-Caen

 

Construit en 1895  Dans les chantiers de Dundee sous le nom de Balgay

Longueur 38 m largeur 6.48m ,227 TJB  , 315 CV, vitesse de 10 nœuds, 9 membres d'équipage

Acheté en 1896 par la Cie Normande de Navigation  pour compenser le Naufrage du Caboteur Normandie  (Plage de Trouville  04/10/1896), il navigue entre les ports de Dunkerque, Boulogne et Caen. Il ne transporte pas de passager.

Revendu en 1899, il est remplacé par le Caboteur La Hève. (Avenir de Trouville  03/12/1899.

 

Fortunes diverses

28/12/1897 le Ville de Caen allant sur lest du Havre à Dunkerque s’échoue sur un banc de sable au environs du phare de Walde mais réussi à se dégager seul à la marée suivante  (source courrier du Havre)

Le Ville-de-Caen change de nom en fonction de ses propriétaires, navigue dans le nord de l’Europe et la mer Baltique. Pendant la deuxième guerre mondiale , il   est réquisitionné par la marine  allemande comme transport  de troupe en Finlande avant de finir à la démolition en 1950 à Flensburg. 

Ville-de-caen Photographie extraite du livre 1900 Le Havre, ville neuve.

Ville-de-caen Photographie extraite du livre 1900 Le Havre, ville neuve.

Caboteur Ville de Caen

Construit en 1902 aux chantiers Irvine près de Glasgow, sous le nom de PAULINE pour l’armateur R. Bugo, de Calais.

 

1905 change d’Armateur et prend le nom de KILDONAN

 

En 1906 La Compagnie Normande de Navigation à vapeur, qui possède une flotte de caboteurs, l’achète et le renomme VILLE DE CAEN (C'est le 2e du nom pour la compagnie Normande de navigation). Il est mis en service entre les ports de l’estuaire puis à partir de 1923 entre Boulogne, St Malo, Newhaven avec escales éventuelles à Granville, St Brieuc, Dunkerque. (Source Ouest Eclair 17 novembre 1923). On le voit passer aussi à Cherbourg.

 

Longueur 46 m Largeur 7,3 m, 384 tonneaux

 

Vendu à la démolition en Août 1935 à Gray en Angleterre.

Le Ville de Caen 2eme du nom pour la Cie Normande de Navigation

Le Ville de Caen 2eme du nom pour la Cie Normande de Navigation

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Le Vapeur Félix Faure a été construit par les chantiers E. de la Brosse et Fouché à Nantes en 1896, pour la Compagnie des Bateaux Omnibus de Rouen, Il est affecté au trafic de passagers entre Le Havre et Rouen (500 passagers). Le trajet dure 6 heures. Il voyage un jour dans un sens et le jour suivant dans l’autre sens .

216 tonneaux jauge Brute, 37 TJN, 48,60 x 6,75 x 1,98 (te), Deux machines à triple expansion de 580 cv, deux hélices, vitesse 13 nœuds.

La Compagnie des Bateaux Omnibus de Rouen, devient en 1909 la Compagnie Rouennaise de Navigation filiale de la compagnie de remorquage et de sauvetage Les Abeilles.

Un très beau recueil de cartes postale de la croisière Rouen-Le Havre, sur ce bateau, est visible ici

Le Vapeur FELIX FAURE
Le Vapeur FELIX FAURE
Le quai d'embarquement se situe quai Notre-Dame, devant le bureau des douanes

Le quai d'embarquement se situe quai Notre-Dame, devant le bureau des douanes

Fortunes de mer :

12 juillet 1901 : Abordé face au Mesnil-sous-Jumiège, entre les feux d'Yville et de La Roche, par le vapeur britannique Dynamo, qui allait de Rouen à Hull, il coule par l'arrière par 7 mètres de fond. Il est renfloué le 24 août suivant, puis réparé à Rouen durant cinq mois.

Il est réquisitionné en avril1916 et transformé en patrouilleur et dragueur de mines en Manche orientale, puis rendu au service civil en 1919. Le vapeur Jersey de cette même compagnie est réquisitionné a la même date

Vendu en 1938 à la Société des Vapeurs Brestois, le Felix Faure est rebaptisé Morgat. Il est saisi par les Allemands en juin 1940 et sabordé par les allemands à Roscanvel en juillet 1944.

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Construit en 1902 aux chantiers Irvine près de Glasgow, sous le nom de PAULINE pour l’armateur R. Bugo, de Calais.

1905 change d’Armateur et devient KILDONAN

En 1906 La Compagnie Normande de Navigation à vapeur, qui possède une flotte de caboteurs, l’achète et le renomme VILLE DE CAEN (C'est le 2e du nom pour la Compagnie Normande de navigation). Il est mis en service entre les ports de l’estuaire puis à partir de 1923 entre Boulogne, St Malo, Newhaven avec escales éventuelles à Granville, St Brieuc, Dunkerque. (Source Ouest Eclair 17 novembre 1923). On le voit passer aussi à Cherbourg.

Longueur 46 m Largeur 7,3 m, 384 tonneaux

Vendu à la démolition en Août 1935 à Gray en Angleterre.

A l'entrée de Ouistreham

A l'entrée de Ouistreham

A l'entrée de courseulles

A l'entrée de courseulles

Quelque part........Mais où ?

Quelque part........Mais où ?

Un ami a la réponse nous sommes à Bristol : en arrière plan, le pont suspendu de Clifton

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

L'Embarquement au Havre

L'Embarquement au Havre

PAQUEBOT AUGUSTIN NORMAND

Mis en service en 1894, construit par les chantiers Augustin Normand au Perrey. Paquebot à deux hélices indépendantes , machine de 600 cv, 48 m à la flottaison. 650 passagers.

Plus d'informations et de cartes postales sur l'Augustin Normand ici

Traversée à bord de l'Augustin Normand
Traversée à bord de l'Augustin Normand
Traversée à bord de l'Augustin Normand
Traversée à bord de l'Augustin Normand
Traversée à bord de l'Augustin Normand
Traversée à bord de l'Augustin Normand

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Devant la beurrerie Le Pelletier de Carentan

Devant la beurrerie Le Pelletier de Carentan

Caboteur Ville d’Isigny

Lancé en 1891, par les chantiers d’Argenteuil /Bezon pour MM Roussel & Dupont, négociants et marchands de beurre à Isigny, il assure la liaison Isigny-Carentan avec le Havre. Les mêmes Roussel & Dupont fonderont la société Dupont d’Isigny.

Caractéristiques jauge brute 124, jauge nette 49 tonneaux.

Le Caboteur Ville-d'Isigny
Départ du Ville d'Isigny . Carte timbrée en 1915

Départ du Ville d'Isigny . Carte timbrée en 1915

Le Ville-d’Isigny transporte à ses débuts passagers et marchandises. Dans un sens ce sont des pommes à cidre en saison et du Beurre salé. Dans l’autre sens des matériaux de construction. Le « fameux » beurre est ensuite réexpédié du Havre vers l’Angleterre par les négociants Chamberlan et Audry.

En Janvier 1911, le Ville-d’Isigny est acheté par la Compagnie normande de Navigation qui possède une flotte de caboteurs et devient Cargo sans passagers. Il dessert, à partir du Havre, les ports de Carentan, Isigny, Port en Bessin, Honfleur.

Commandé par le capitaine au cabotage Le Matelot Georges, Il fait naufrage à Penmarch le 4/7/1925 en transportant de la ferraille de Batz à Honfleur.

Le Ville-d'Isigny à Carentan

Le Ville-d'Isigny à Carentan

Le Ville-d'Isigny à Isigny

Le Ville-d'Isigny à Isigny

Le Ville-d'Isigny à Isigny

Le Ville-d'Isigny à Isigny

Le Ville-d'Isigny devant l'Arsenal au Havre

Le Ville-d'Isigny devant l'Arsenal au Havre

Le Quai devant l’arsenal du Havre reçoit les marchandises des caboteurs de la Compagnie Normande de navigation. Les passagers des paquebots sont débarqués sur le Grand Quai

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Les caboteurs Carentan et Isigny font partie des dernières acquisitions de la Compagnie Normande de Navigation. Ils ont été tous les deux fabriqués par les chantiers des frères Pot (Pays-Bas). Ils sont affectés à la ligne Le Havre-Carentan avec des incursions dans d’autres ports de la manche et sont vendus avant la deuxième guerre mondiale.

La caboteur CARENTAN dans la port de Carentan. En Arrière fond la Beurrerie  (CPSM)

La caboteur CARENTAN dans la port de Carentan. En Arrière fond la Beurrerie (CPSM)

Caboteur Carentan

Lancé en 1930 par Schepen gebroeders Pot à Bolnes (Pays-Bas) pour le compte de la compagnie Normande de Navigation.

150 tonnes de port en lourd, 150 CV moteur diesel, 37 mètres de long

Il navigue dans les ports de la Manche

Il est revendu en 1935 à la société Cherbourgeoise de Cabotage, filiale de la Société Havraise de Transport Maritime et navigue encore après la guerre.

Le Caboteur Isigny  (photo copiée du WEB)

Le Caboteur Isigny (photo copiée du WEB)

CABOTEUR ISIGNY

1932 Lancé par Schepen gebroeders Pot à Bolnes (Pays-Bas) pour le compte de la Compagnie Normande de Navigation.Il est un peu plus grand que le Caboteur Carentan issu des mêmes chantiers

200 tonnes de port en lourd, 200 CV moteur diesel, 9 nœuds

Il est affecté à la ligne Le Havre-Carentan

En 1939 Il est vendu à la société Cherbourgeoise de Cabotage, filiale de la Société Havraise de Transport Maritime

Le 27/08/1940 Il est saisi par les allemands à St Brieuc

En 1949, Il est renommé HAVRAIS

En 1949, on tente de redémarrer la navigation dans le chenal de Carentan. En février 1949, Le Havrais, ex-Isigny, entre dans le port à ses risques et périls.

En Novembre 1951 : vendu au Norvégien DAVIDSEN

En Novembre 1966 : vendu à Langåker

Le 22/03/1977 Le HAVRAIS coule après une collision avec le cargo OLAUG

En 1939, la Compagnie Normande de Navigation se sépare de la majorité des batiments encore en service

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

Le Caboteur Castor (au premier plan)  à BARFLEUR

Le Caboteur Castor (au premier plan) à BARFLEUR

Petit vapeur construit à Glasgow en 1907 sous le nom de Seapark par J. Shearer & Sons (Glasgow),

35 m, 200 tonnes de marchandises. Equipage de 8 hommes.

Il navigue d’abord pour Charles M F Legg & Co, Carrickfergus (Belfast)

Il est racheté en 1910 par la Compagnie Normande de Navigation, qui possède une flotte de caboteurs, pour effectuer des navettes entre Boulogne, Caen, Barfleur et Isigny

Dans un sens, il transporte matériaux de construction, grains, pétrole… dans l’autre sens produits laitiers, pommes à cidre

Il est perdu corps et biens lors d’une tempête, fin décembre 1924, alors qu'il avait appareillé de Boulogne pour Carentan, chargé de 180 tonnes de ciment.

Le Castor à Port en Bessin

Le Castor à Port en Bessin

Le Castor à Carentan

Le Castor à Carentan

Voir les commentaires

Published by Valery Lebigot -

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>
Haut

Hébergé par Overblog